Exposition Peintures consacrée à l’Afrique de l’Ouest : Je vous emmène du Sénégal au Niger… à la bibliothèque Hergé - 2, rue du Département 75019 Paris du 03 05 au 31 novembre 2017 Un jour j'irai à Pékin...! - Anissa Berkani-Rohmer
        
Un jour j'irai à Pékin...!
La vie à Pékin à la veille des JO 2008
Au centre de Pékin, on détruit un des derniers vestiges historiques de la capitale chinoise
A l'ouest de Wangfujing, les destructions de Hutongs sévissent à nouveau. Malgré la colère des habitants.
Malgré l'intérêt historique inestimable de certains bâtiments…

Impossible de prendre des photos dans la rue. Une dizaine de gardiens, payés par le service de démolition, veillent à ce que tout se déroule sans incident. Il y a trois mois la destruction d'un hutong avait été interrompue à la suite d'un article paru dans la presse chinoise.

Les habitants assistent, dans un nuage de poussière, à la destruction lente des maisons voisines car, pour l'entreprise de démolition, les matériaux se récupèrent et peuvent être une source de profit non négligeable.

Depuis quelques semaines, les grandes artères de Pékin paraissent vides, dépouillées au nom de l'harmonie sociale de leurs immenses panneaux vantant le luxe , trop ostentatoires au goût d'un pouvoir confronté à la montée des inégalités sociales avant les jeux Olympiques.

Alors même que le Comité organisateur des JO de Pékin a promis une totale liberté pour la presse, les autorités centrales et locales renforcent le contrôle sur les médias chinois . Par exemple, la municipalité de Pingdu, dans la province du Shandong (Est), a ordonné à ses services de tout faire pour réduire au minimum les "reportages négatifs".
On assiste également à une multiplication de la censure d’œuvres intellectuelles.
Bien à vous.



Top